Louis-Philippe à Versailles, c'est aussi Trianon et la cathédrale Saint-Louis

Le château de Versailles rend hommage, du 6 octobre 2018 au 3 février 2019, à Louis-Philippe, roi des Français, qui décida en 1833 de consacrer le lieu « À toutes les gloires de la France" par la création d’un musée de l’histoire de France, depuis Clovis à son arrivée sur le trône en 1830. Ce musée fut inauguré le 10 juin 1837 et ouvrit ses portes dès le lendemain. L’exposition, dont la commissaire est Valérie Bajou, était prévue depuis une dizaine d’années au moins mais n’avait jamais pu voir le jour.

 

                                         Horace Vernet : Louis-Philippe et ses fils, Château de Versailles, 1846

 

Longtemps, en effet, depuis Pierre de Nolhac (1859-1936), conservateur du château de 1892 à 1919, ce musée français demeura honni de la conservation du château. Seul l’Ancien Régime retenait toute son attention. Plus généralement, hormis, l’ère napoléonienne au Grand Trianon, le XIXe siècle était proscrit suivant le goût général du XXe siècle. Les choses évoluèrent quelque peu à partir des années 1970-1980 quand, suite à la loi programme de 1978, on décida de conserver le musée de l’Histoire de France – établi à l’emplacement d’anciens appartements princiers (aile sud) et de courtisans (aile nord) – dans les ailes et de rétablir l’état Ancien Régime au 6 octobre 1789, départ de la cour, dans le corps central.

Cette exposition permet de découvrir les superbes salles conçues dans le goût du temps (des Croisades, Napoléon, de 1830) et surtout les trois salles relatives à la conquête de l’Afrique du nord (Constantine, Smala et Maroc) confiée au grand peintre du temps, Horace Vernet (1789-1863). C’est en effet avec Louis-Philippe que s’ouvre l’ère coloniale de la France. Demeurées invisibles depuis des décennies, ces salles servirent tour à tour de réserves puis de lieux d’exposition. On peut enfin les découvrir dans leur état originel.

 

          Salle de Constantine, château de Versailles, 1842             Salle de la Smala, château de Versailles, années 1840

 

Louis-Philippe à Versailles, ce n’est pas que le château et son musée historique. Lors de ses séjours dans la cité royale, comme Napoléon, le roi des Français logeait au Grand Trianon et ce dès 1833. Pour lui et sa nombreuse famille, il décida le réaménagement des lieux en 1835. Il fit ainsi établir une chapelle dans l’aile de Trianon-sous-bois où sa fille Marie-Christine-Caroline-Adélaïde (1813-1839) épousa, en octobre 1837, le prince allemand, Alexandre de Wurtemberg (1804-1881).

 

              Chapelle de Louis-Philippe au Grand Trianon, aile de Trianon-sous-bois, 1835-1838               Achille Devéria : Assomption, chapelle du Grand Trianon, manufacture de Sèvres, 1838

 

Outre les appartements bien connus et encore visibles de la reine des Belges – sa fille Louise-Marie-Thérèse (1812-1850) – et le salon de famille, réalisé à l’emplacement de deux anciens salons de Louis XIV, le roi des Français fit installer son appartement à l’extrémité de l’aile sud du palais qui donnait à la fois sur les jardins et le Grand Canal, derrière l’ancien salon du conseil de Louis XIV. Il avait installé sa chambre, qui était aussi celle de Marie-Amélie – le roi et la reine couchaient bourgeoisement dans le même lit - dans celle qui fut affectée, au début du siècle, à l’impératrice Marie-Louise. Le lit de Louis XVIII aux Tuileries fut affecté là et agrandi pour l'occasion. Les enfants furent installés dans la partie nord dont les cinq fils du roi dans l’aile de Trianon-sous-Bois.

 

           Grand Trianon, salon de famille de Louis-Philippe              Grand Trianon, chambre de Louise-Marie-Thérèse d'Orléans, reine des Belges

 

Cet appartement fait l’objet, depuis 2016, d’un rétablissement complet à l’emplacement des anciens appartements des hôtes de marque, établis en 1966, lors de la restauration du palais par le général de Gaulle. Ce rétablissement est mené par le talentueux Jérémie Benoit, conservateur en chef, à qui l’on doit la superbe restauration intérieure - dans son état Premier Empire - de la maison de la reine au hameau (inaugurée en juin 2018). Il a ressorti des réserves tout le mobilier de Louis-Philippe qui était  demeuré entreposé là depuis l’ère Pierre de Nolhac. On pourra redécouvrir ces appartements très prochainement. Voilà un pas de plus vers l’état XIXe du Grand Trianon.

Pendant ses séjours à Versailles, Louis-Philippe et sa famille venaient aux offices à la cathédrale Saint-Louis. En octobre 1837, soit quelques mois après l’inauguration du musée historique du château, il assista au Te Deum qui fut donné suite à la prise de Constantine (Algérie), le 13 du mois.

Le début de son règne fut marqué par le rétablissement de la chapelle axiale de la Vierge : en 1835, on commanda à l’artiste tyrolien, Dominique Malkenecht (1793-1876), dit aussi Molkenecht, une statue de la Vierge à l’enfant en marbre qui sera présentée au Salon du Louvre en 1837. L’artiste s’était distingué alors par une Assomption de la Vierge pour la cathédrale de Metz  (1835-1836). La commande venait rendre hommage à la Vierge pour avoir protéger la cité royale de l’épidémie de choléra qui avait sévi à Paris et ses environs en 1831-1832.

                   

                                         Cathédrale Saint-Louis, chapelle de la Vierge, années 1840

 

La réalisation de cette statue devait conduire au rétablissement complet de la chapelle dans les années 1840. En 1843, l’évêque, Mgr Louis Blanquart de Bailleul, décida la réfection de l’autel et fit disposer par la fabrique la balustrade en marbre que l’on voit aujourd’hui. Les marbres furent issus de la Petite Venise, près du Grand Canal, où se trouvaient différentes margelles des bassins du parc. En 1847, la statue de Malkenecht, disposée jusqu’alors sur un piédestal, put enfin trouvée place au-dessus de l’autel, conformément au souhait des fidèles. On réalisa cette année-là la gloire baroque avec têtes de chérubins. L’ensemble remplaçait le tableau de Hyacinthe Colin de Vermont, La présentation de la Vierge au Temple (1755), accrochée là depuis le milieu du XVIIIe siècle (tableau visible dans une chapelle latérale de la nef).

 

              Dominique Malkenecht, Vierge à l'enfant, cathédrale Saint-Louis, 1835-1837                    Achille Devéria : Assomption, chapelle de la Vierge, cathédrale Saint-Louis, manufacture de Sèvres,1847-1848

 

La restauration de la chapelle de la Vierge s’acheva par la réalisation des vitraux de l’Annonciation et de l’Assomption. Ils furent confiés à Achille Devéria (1800-1857),célèbre peintre et lithographe de l’ère romantique, que Louis-Philippe avait sollicité pour son musée historique et le vitrail de la chapelle du Grand Trianon. Exécutés par la manufacture de Sèvres, ces superbes vitraux furent installés en juin 1848. Le roi des Français était alors déchu depuis la révolution survenue en février. Il avait offert le vitrail de l’Assomption en mars 1847sur sa liste civile en gage de bienfaisance à la ville de Versailles.

Après votre visite de l’exposition au château, pensez aussi à parachever votre périple par celle de ces deux sites emblématiques de sa présence à Versailles.

 

Louis-Philippe cathédrale Saint-Louis Versailles Grand Trianon

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×