Billets de philippecachau

Attributions Mansart, 1988-2017

Depuis bientôt 30 ans, nos recherches nous ont conduit sur la piste de bâtiments attribuables ou rendus à différents Mansart. Après l’article général sur la dynastie, publié en décembre 2016 dans le n° 11 du Bulletin de la Société des Amis du Château de Maisons, il nous a semblé intéressant d’en rappeler la liste aux amateurs d’architecture des XVIIe-XVIIIe siècles :

 

François Mansart (1598-1666)

-Château des Hauldres à Etiolles (Essonne), 1641-1642

-Château de Trois-Villes (Pyrénées Atlantiques), 1660-1663

 

Jules Hardouin-Mansart (1646-1708)

-Hôtel de Beauvillier, 12-14 rue de l’Indépendance américaine, Versailles, 1681

-Hôtel de Chevreuse, 8-10bis rue de l’Indépendance américaine, Versailles, 1682

-Hôtel de Croissy, 7 rue de l’Indépendance américaine, Versailles, 1683

-Hôtel-Dieu, Saint-Aignan-sur-Cher (Loir-et-Cher), 16991

 

Pierre Delisle-Mansart (1641-1710)

Maisons du marché Notre-Dame, Versailles, 1672-16741 :

-Maison Delisle-Mansart, 2 rue au Pain, Versailles, 1672

-Maison de la veuve de La Rue, 4 rue au Pain, Versailles, 1672

-Maison de Mathurin Lamy, notaire, 17 rue des Deux-Portes, Versailles, 1673-1674

-Maison de Melle des Œillets, 12 rue André Chénier, Versailles, 1673-1674 (détruite)

 

Jean Mansart de Jouy (1705-1783)

-Hôtel Potier de Novion, 12 rue du Parc Royal, Paris, 17331

-Eglise Saint-Médard  (décor intérieur), Brunoy, 1748-17501

-Pavillon neuf du château de Chaillou, Indre, 17561

-Hôtel de Chalabre, rue de Gramont, Paris, 1770-1774 (détruit)1

-Maison Dière, 23-25 rue Grenelle-Saint-Honoré, Paris, 1770-17761

 

Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne, dit aussi Mansart de Lévy (1711-1778)

-Maison Poisson, 50 rue de Richelieu, 17382

-Maison Richard, 100 rue de Richelieu, 1738 (détruite)2

-Maison de Mansart de Sagonne (ancienne mairie), Ivry-sur-Seine, 1738-1739 (détruite)2

-Ensemble Boutin : grand et petit hôtels (détruits), 77-79 rue de Richelieu, maison à loyer, 4 rue Saint-Augustin, 1738-1740

-Hôtel de Marsilly, 18 rue du Cherche-Midi, 1739-17402

-Maison Saint-Florentin (lycée Lamartine), 121 rue du faubourg Poissonnière, Paris, 17402

-Hôtel de Mannevillette, 18 rue Hoche, Versailles, 17462

-Monastère royal Notre-Dame de Prouille (Aude), 1746-17872

-Château et haras royaux d’Asnières-sur-Seine, 1750-1755 (vestiges)

-Hôtel de Crèvecœur, 4 rue La Feuillade et 4-4bis rue des Petits-Pères, Paris, 17502

-Projet de galerie à couverture zénithale pour le palais de Cassel (Allemagne), 1750 (non réalisé)2

-Maison Bourgeois, 62 rue Montmartre, 1750-1751 (vestiges)2

-Maison de la comtesse d’Argenson, dite "des musiciens ou castrats italiens du roi", 15 rue Champ-Lagarde, Versailles, 1752

-Château de Jägersburg, Homburg (Allemagne), 1752-1756 (détruit)

-Château de Jossigny (Seine-et-Marne), 1753

-Maison Dubois, 2 place Hoche, Versailles, 17531

-Hôtel-Dieu, Marseille, 1753

-Pavillon Letellier, 14 rue du Maréchal Joffre, Versailles, 1754-17552

-Eglise des Carmes-Billettes, 22-26 rue des Archives, Paris, 1754-1758 (d’après Mansart de Sagonne)

-Château de Montauger, Lisses (Essonne), 1759-1762 (vestiges)2

 

         Delisle-Mansart, Folie Nourry, Paris, 1676-1678, cl. Ph. Cachau

 

Références

1) Cf. Les Mansart. Trois générations de génies de l’architecture, Paris (à paraitre).

2) Ibid et cf. Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne, dernier des Mansart (1711-1778), thèse d’histoire de l’art, Paris-I Panthéon-Sorbonne, 3 tomes, 2004. 

Colloque Jacques-François Blondel, Cité de l'Architecture, Paris, 14 décembre 2017

Jacques-François Blondel (1705-1774) fut le grand maître de l'enseignement de l'architecture en France au XVIIIe siècle. Découvrez le programme du colloque et inscrivez-vous sur le site de la Cité de l'Architecture dans Conférences. Voyez aussi le propos de notre conférence sur les liens de l'architecte-enseignant avec les Mansart.

 

       Jacques-François Blondel, Place d'Armes de Metz (ex place royale), 1754-1788.

 

Exceptionnel numéro de l'Art Français 2013 (2014)

Le dernier numéro du Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français, année 2013, paru début 2017, présente non seulement une série d'articles tous plus passionnants les uns que les autres mais rassemble aussi d'exceptionnelles signatures. Nous sommes ainsi heureux de voir figurer notre article "Le mécénat du marquis de Voyer au château et aux haras d'Asnières-sur-Seine : enjeux politiques et culturels (1750-1755)" (p. 139-171) aux côtés de :

-Emmanuelle Loizeau, docteur en histoire de l'art au Centre André Chastel : "Le château de Chilly : question d'attribution et de restitution" (p. 9-30).

-Pierre Rosenberg, ex-président du musée du Louvre : "Les cinq Poussin des Reynon" (p. 31-40).

-Henriette Pommier, ingénieur CNRS en histoire de l'art à Lyon : "Richesse insoupçonnée d'une collection lyonnaise du XVIIe siècle. Les Reynon, marchands de soie et fabricants" (p. 41-63).

-Alexandre Maral, conservateur au Château de Versailles : "Lieux secrets de Versailles : les annexes de la chapelle royale dans l'aile du Nord" (p. 65-101).

-Yves Beauvalot, ex-directeur du CARAN : "Jean-Baptiste et Edme Bouchardon à Dijon (1716-1729) : nouvelles approches et découvertes" (p.103-137).

-Jean-Loup Champion, directeur de collections Gallimard : "Jean-François-Théodore Gechter (1796-1844), sculpteur romantique et ses éditions de bronze : un album inédit" (p. 173-254).

-Patrice Roquefeuil, historien de l'art : "Une autre Ruche : les ateliers de la rue Aumont-Thiéville à Paris 1884-1914" (p. 255-296).

-Nicole Tamburini, historienne de l'art : "Les carnets du chanoine Gabriel Sarraute (1893-1991) : un homme d'église passionné d'art et proche des artistes de son temps" (p.297-323).

Numéro disponible auprès des Editions de Boccard, 4 rue de Lanneau, 75 005 Paris.

 

                                                   Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français 2013 (2014)

Correspondance Pompadour-Deux-Ponts dans "Château de Versailles", n° 26, été 2017

Découvrez dans le dernier numéro de la revue Château de Versailles, n° 26, juillet-septembre 2017, quelques aspects de la passionante correspondance entre la marquise de Pompadour et le duc des Deux-Ponts, Christian IV, prince palatin, ou un éclairage inédit sur les échanges politiques, militaires et culturels entre la France et l'Allemagne au milieu du XVIIIe siècle.

La publication de cette correspondance est envisagée aux éditions Hommel.

 

                    Francois Boucher : Mme de Pompadour, Londres,1759                 Johann Christian von Mannlich : Christian IV des Deux-Ponts, Munich, 1771

Portrait de Madeleine Bernard : un nouveau Rigaud identifié

En juin dernier, nous avons eu le plaisir d’avoir confirmation par la grande spécialiste de Hyacinthe Rigaud (1659-1743), Mme Ariane James-Sarazin, conservatrice du Patrimoine, de l’authenticité du portrait de Madeleine Bernard. Portrait qui n’était qu’attribué jusque là au grand maître du portrait français des XVIIe-XVIIIe siècles.

Madeleine Bernard (1684-1716) était la fille du fameux banquier de la Cour, Samuel Bernard (1651-1739), l’un des hommes les plus fortunés de son temps. Le portrait fut réalisé, semble-t-il, à l’occasion de son mariage en 1701 avec le fils de l’autre grande personnalité du règne de Louis XIV, Jules Hardouin-Mansart (1646-1708), Premier architecte du roi et Surintendant des Arts, Jardins et Manufactures, autrement dit le ministre des arts du grand roi. Après les brillants mariages de ses deux filles (Catherine-Henriette avec le financier Claude Lebas de Montargis et Catherine avec le conseiller au Parlement ,Vincent Maynon), Hardouin-Mansart entendait terminer en apothéose l’union de son dernier enfant survivant, son fils, Jacques (1677-1762), alors conseiller à la 1ère chambre des enquêtes du Parlement de Paris. Ce mariage, célébré en janvier 1701 à Paris, fut considéré comme le mariage du siècle : les deux plus grosses fortunes de France, voire d'Europe, unissaient leurs enfants !

                                                    Hyacinthe Rigaud : Madeleine Bernard (vers 1701, coll. privée, cl. Ph. Cachau)

Les portraits des deux époux, conservés dans la descendance de la famille Bernard jusqu’à présent, présentent tous deux le même format ovale et deux cadres quasi-identiques. Ils sont tournés l'un vers l'autre. L’attribution du portrait de Jacques Hardouin-Mansart à Rigaud est rejetée par Mme James-Sarrazin. Ceci est d’autant plus surprenant que de nombreux membres de la famille Hardouin-Mansart furent portraiturés par l’artiste, à commencer par l’architecte lui-même, son beau-frère Robert de Cotte (1656-1735) ou son gendre Lebas de Montargis. Rappelons que Rigaud vécut et mourut rue Louis-le-Grand, dans une maison (n° 1, plaque sur la façade) qui se trouvait à deux pas de celle que possédait Hardouin-Mansart, rue neuve des Petits-Champs (actuelle rue Danielle Casanova, nos 4-6, à l’angle de la rue d’Antin), maison qui échut à sa fille Catherine-Henriette à son mariage en 1693. Nous ne doutons pas que le portrait de Jacques fut confié à un autre grand maître du genre dont de prochaines analyses devraient permettre l’identification.

                                                      Anonyme XVIIIe : Jacques Hardouin-Mansart, vers 1701, coll. privée, cl. Ph. Cachau)                                                        

Après une premier examen visuel de l’œuvre par Mme James-Sarrazin, le visage de l’épousée est bien de la main de l’artiste. Des radiographies devraient confirmer, là aussi, si le vêtement est de lui ou de l’atelier.

L’originalité de ce portrait réside, notamment, dans les rehauts de blanc de la chevelure au naturel, peinte comme s’ il s’agissait d’une perruque poudrée. Le portrait, extrêmement sobre voire négligé pour une fille de banquier, est loin des portraits grandiloquents auxquels le peintre nous a habitués pour ce type de personnalité.

Le mariage de Jacques Hardouin-Mansart et de Madeleine Bernard ne tiendra pas bien longtemps. La réputation de libertins des deux époux était alors bien établie. Dès 1702, Jacques se liait avec une aventurière, originaire de Toulouse, Madeleine Duguesny ou Duquesny (16-1753), avec laquelle il aura plusieurs enfants dont les survivants furent les futurs architectes : Jean Mansart de Jouy (1705-1783) et Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne, dit aussi de Lévy (1711-1778). Cette liaison adultérine fit scandale à Paris et dans toute la Cour. Une séparation de biens du couple intervint en 1709. Samuel Bernard réclamera réparation à Hardouin-Mansart et à sa famille jusque dans les années 1720 malgré le décès de Madeleine survenu en novembre 1716. Le scandale entre ces deux figures éminentes du règne de Louis XIV avait été trop grand.